Les mille merveilles du Chapelier Fou

Le Chapelier Fou est arrivé à La Réunion pour réaliser deux concerts, dont un dans le Nord ce samedi 1er Octobre. J’ai eu la chance de le rencontrer un peu plus tôt et de découvrir son univers qui résonne comme un huis-clos mélancolique où les beat electro se répercutent et électrisent des mélodies légères.

Il se dit lui-même assez solitaire, et ce n’est pas étonnant de voir qu’il a choisi la musique électronique pour créer ses compositions, puisque c’est dans un monde bien à lui qu’il crée à l’aide de son ordinateur et de ses machines sophistiquées. Telle Alice qui explore l’absurde beauté d’hasardeux jeux de mots et de raisonnements fallacieux, l’artiste, lui, se plaît à “looper” des rythmes étranges, à  les faire vibrer avec des notes de violon jouées en live et à réinventer devant nous des mélodies hypnotisantes.

Les créations de cet autodidacte sont presque toujours purement instrumentales, un choix qu’il revendique car il s’agit pour lui de créer un média qui dépasse les barrières des mots, et des langues pour pouvoir être interprété différemment par chacun. D’ailleurs, ces oeuvres encouragent à la rêverie et semblent faites pour accompagner des images, des univers, des films. S’il a filé la métaphore d’Alice au Pays des Merveilles dans son clip “Tea Tea Tea” avec un visuel affuté, il a aussi prêté sa musique à des projets multimédia ambitieux tels que le projet d’installation d’art numérique “Les métamorphoses de Kalia”. La particularité du projet? Tout le graphisme est généré par du code (dit comme cela, ça n’a pas l’air de grand chose mais le projet a de la gueule et a même été retenu par Google pour faire partie d’une exposition “Digital Revolution”. )

Une bien belle découverte donc que celle de l’univers de cet artiste. Moi qui ai toujours apprécié l’électro, je commençais à ressentir une lassitude à toujours entendre des produits assez “similaires” les uns aux autres. Les morceaux du Chapelier Fou me réconcilient un peu avec cette musique sans parole, faites de loops et de cuts, mais toujours pleine d’âme et de légèreté mélancolique.

capture-decran-2016-09-29-a-18-31-57

En concert à La Cité des Arts ce samedi dans le cadre de la “Cité by night”: http://www.citedesarts.re/Cite-by-Night

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s