“Memoriiiieees”

“Memorieees”…

Voilà à peu près ce à quoi je réduisais Cats, cette étrange comédie musicale américaine dont je n’avais vu que quelques extraits hors contexte à 10 ans.
Bon, soyons honnêtes: même avec contexte, Cats reste un sacré trip psychédélique: un groupe de chats d’horizons très différents se présentent les uns les autres pendant trois heures, tout cela ponctué par les apparitions pathétiques et louvoyantes (oui bon, chat, loup, quasi-pareil) de l’ancienne star déchue (une chatte, cela s’entend, car oui les chats ont eux aussi leurs stars) dont le “memoryyyyy” (en l’occurence en français “Ma viiiiiiie”) rappelle vraiment un miaulement plaintif (mais dans le bon sens du terme!).

 

Bref, j’étais plus que ravie d’aller voir -enfin- un spectacle de Broadway traduit en français, et même si l’histoire a beaucoup de moments WTF, le spectacle vaut vraiment vraiment le détour (et n’a pas été détruit par la traduction)!!

L’idée même de partir sur une histoire aussi farfelue que celle citée ci-dessus montre que ce n’est pas l’intérêt premier du spectacle: l’intrigue est prétexte à un déploiement créatif jouissif, à un feu d’artifice de claquettes,d’acrobaties, bref à une brillante célébration des arts du spectacle!

Il y aurait beaucoup de “mentions spéciales” si je commençais à énumérer tout ce qui m’a impressionnée, mais il suffira de dire que la scénographie, les lumières, les danseurs-chanteurs-acteurs (et pas juste “chanteurs à qui on apprend en deux deux comment jouer”), l’orchestre: tout concourt dans un vrai travail collaboratif privilégiant le détail à faire de ce spectacle un moment mémorable!

 

 

 

Une seule question m’a pourtant taraudée à la fin du spectacle: les spectateurs français, peu roués aux codes de Broadway et n’ayant pas cette culture “musical” (in english please) qu’ont les anglo-saxons, seront-ils réceptifs à cette célébration (parfois méta: un chat passe ainsi 10 mn à chanter sur la magie d’être acteur et de faire un spectacle) de “tout broadway”? Il me semble que le théâtre Mogador a pris un petit risque en misant sur ces chats (plutôt que par exemple sur un produit Broadway plus “traditionnel” (dans son format au moins) comme Les Misérables ou Wicked…).
Mais je n’espère qu’une chose: que Cats soit le premier d’une longue suite d’adaptations de classiques en France pour que nous puissions enfin avoir le choix de voir autre chose que les redites historico-punko produites par Dove Attia… Gus, “le chat du théâtre” le dit lui-même:

 

      Well the theater is certainly not what is was
These modern productions are all very well
But there’s nothing to equal from what I hear tell
That moment of mystery when I made history

 

       Il est vrai que le théâtre n’est plus ce qu’il était
Ces productions modernes sont toutes bien apprêtées
Mais rien n’égale de ce que j’entends
Cet instant de mystère où j’ai marqué l’histoire

L.A

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s